Pour le meilleur et pour le pire

joyex_noel

Noël 2010 a vu sortir coup sur coup un HS et un numéro de série de Vae Vactis, ainsi que le 5° opus de la revue anglophone mais néanmoins française Battles. Si la quantité est au rendez-vous, qu'en est-il de la qualité ? Opinions...

 

HS 14 Vae Victis

numero_image_2561_1290766350

Que dire de ce hors-série sinon qu'il y a si peu à en dire ? Les figurinistes seront sans doute ravis mais les boardgamers devront repasser pour le coup : il n'y a rien pour eux dans ce numéro, malgré une thématique riche en possibilités d'analyses. Accident industriel dira-t-on. Personnellement, les justifications ne m'ont jamais intéressé. Chacun jugera donc s'il préfère avoir une revue en temps et en heure mais inconsistante, ou s'il préfère attendre un peu pour un contenu de qualité. Quant au jeu en encart, j'ai longtemps hésité, faute d'informations sur le système. Quelques lectures de commentaires plus tard, je pense avoir compris que nous sommes dans le registre peu motivant ( du moins pour moi ) du Beer & Bretzel. La platitude de la carte du jeu a finalement eu raison de ma collectionnite pourtant vivace ( j'ai acheté les trois jeux précédents malgré leur côté réchauffé ) : comme disent les grand-mères, pourquoi payer pour quelque chose qu'on peut faire aisément soi-même ?

 

Vae Victis 96

Vae_Victis_96

Il est certes heureux que l'année VV ne se soit pas achevée sur l'impression laissée par le HS14 . Le numéro 96 est en effet une bonne cuvée, et pas uniquement parce qu'il renoue pour la deuxième fois avec une couverture digne de ce nom. Petit tour de piste de cet opus :

- nouveautés hexagones : je ne lis plus les ouvertures de boîte depuis longtemps, sites d'éditeurs et fora obligent. Certainement intéressant pour les lecteurs moins informés que nous autres maniaques du web 2.0. Même remarque pour les pages consacrées à présenter les diverses conventions, dont je ne fais pas partie du public.

- analyse Jour de Gloire : pour les amateurs de compétitions, je passe encore...

- analyses de jeu : comme d'habitude, le gros morceau du magazine, le seul que je lise régulièrement avec une attention soutenue. Mention spéciale pour deux articles particulièrement intéressants sur le fond et la forme : Normandy 44 et Beda Fomm ! Je n'achèterai probablement ni l'un ni l'autre de ces jeux, mais les textes de M. Guenette et Fix m'ont bien accroché. Le compte-rendu mêlé à une présentation est un exercice périlleux, mais savoureux lorsqu'on le maîtrise.

- articles historiques : j'ai bien aimé l'article sur la Révolte des Pays-Bas, sujet sur lequel même un tableau de quelques pages a largement de quoi apprendre à un poids plume de l'époque comme moi ( la fac est si loin... ). J'ai rapidement vu qu'il n'en irait pas de même pour la Guerre des Roses et Voronej, que j'ai donc survolés distraitement.

- St Albans : laissé de côté avec le reste des mini-jeux, pour le moment où mon fils aura 6 ans... Joli matériel.

- pages figurines : toujours parcourues pour leur côté visuel, parfois lues, notamment tout ce qui touche aux nouvelles règles.

- bibliothèque stratégique : de bonnes idées de lectures à pêcher dans une rubrique qui tourne toujours aussi bien !

Un bon numéro, trop vite lu. Je me rends compte que je zappe de plus en plus de pages dans cette revue que je suis depuis le commencement. Les jeux avec pions deux fois l'an semblaient pourtant une très bonne idée sur le papier. Hélas, cela a entraîné en l'état deux désagréments : la fin des wargames dignes de ce nom dans les numéros normaux, et un programme sans réelle ambition pour les jeux hors-séries. A suivre mais on n'y croit plus trop. 

 

Battles Magazine 5

BM5

Battles 5 arbore fièrement son titre de meilleur magazine de l'année. Bien que le rédac'chef  et ses auteurs soient restés fort modestes sur le sujet, il n'y avait aucune raison de ne pas s'en féliciter. Ce qui donne aussi à O. Revenu l'occasion de nous faire un véritable et sympathique édito, entre les annonces pour Nuts et ses excuses pour le retard de parution. Si la qualité formelle du magazine ne faiblit pas d'un poil, qu'en est-il du fond ? La encore, petit tour des lieux ( histoire aussi de coiffer Bir Hacheim ^^ ) :

- les analyses : pas moins de 12 jeux chroniqués, avec 10 pages pour le seul Washington's War ! Intéressantes et informatives, mes préférées étant celles sur l'Operationnal Combat Serie et Salamanca, deux systèmes que j'essaierai avec plaisir lorsque l'occasion se présentera. J'ai eu un peu plus de mal à digérer la forme de Fires at Midway.

- Most wanted : toujours ma rubrique préférée... particulièrement intrigante, l'annonce d'un jeu sur la République de Weimar. Un sujet épineux sur lequel il ne faut pas se rater... à suivre donc. La présentation de Steel Wolves m'a pour sa part plutôt dissuadé d'acheter un jeu qui semble encore plus interminable que son prédécesseur Silent War.

- White October : un matériel de grande qualité pour un jeu que je n'ai pas essayé. L'article historique, sur un sujet que je connais peu, éclaire agréablement ma lanterne.

- divers : des articles diversement appréciés. Le sujet de Small Wargames ne m'a guère accroché, et j'ai passé... Wargame Affair et Solitaire Vice sont intéressants en soi mais je trouve qu'ils sont un peu rapides pour amener quelque chose sur leurs sujets respectifs. Impression mitigée sur l'article suivant la création d'un jeu par Fix & Lister, mais il y aura certainement une suite pour le mettre en valeur. Mes préférés : Sleeping with the ennemy, article méritoire sur l'orientation allemande de maints jeux sur la 2° Guerre Mondiale. Comme dit ailleurs, je regrette un peu que l'auteur n'aille pas au bout de sa logique. Et, pour finir, la très intéressante réflexion de P. Sabin sur les rapports entre création de jeu et historicité. C'est ce genre d'articles qui rendent Battles unique dans le paysage ludique actuel ( quoique : C3I vient d'inaugurer une rubrique de réflexion sur la création ludique nommée Clio's Corner, derrière M. Herman himself ).

En conclusion, un numéro très dense, conforme aux hautes attentes placées dans la revue par ses lecteurs. Et dire qu'il y a encore le jeu à essayer derrière...