29 mai 2011

Les Batailles de l'Empereur ( 2 )

VIVE L'EMPEREUR ! ( Didier Rouy, Pratzen, 1989-2010 )

vive_l_empereur

J'ai découvert la série de Didier Rouy en 1989, à travers le premier opus Auerstaedt, sympathiquement accompagné d'un livret historique de plusieurs dizaines de pages. Passé à Hanau peu de temps après, j'ai ensuite décroché du jeu pour le redécouvrir avec l'immense ( ! ) Bataille de Leipzig et la 3° mouture des règles de la série Vive l'Empereur !

Qualité matérielle 2,5/5 : si la carte faite main des premiers jeux était plutôt jolie, les pions blancs à peine bordés d'un peu de couleur étaient bien tristounets. Vingt ans plus tard, je suis cruellement déçu de l'aspect visuel du dernier Leipzig. Bien sûr, il y a de la couleur, mais je retrouve une fois de plus l'impression de froide netteté qui ne me plaît décidément pas dans les produits Pratzen... le contexte ne se prête-t-il donc pas aux vieux ors et à la patine ( cela dit, l'auteur a du finir lui-même cet aspect du jeu, ayant été lâché par son cartographe en cours de route, accordons lui d'avoir fait comme il a pu ) ?

Complexité 3/5 : les règles de base ne sont pas trop complexes, et vingt ans de développement ont fini par bien les rôder. La difficulté s'élève cependant d'un cran lorsqu'on aborde les règles avancées et les différents niveaux de commandement proposés. La présence de notes de conception éclairantes est aussi à relever, ce n'est plus si commun qu'il y a quelques années...

Qualité ludique 4/5 : le premier atout du jeu est de tourner sans problèmes majeurs, du moins sur ses règles de base. Un long FAQ sur Strategikon montre que des mises au point restent nécessaires pour les niveaux de règle supérieurs, plus récents et davantage sujets à interprétation. J'aime aussi cette petite marque caractéristique de la série qu'est l'usage de pions rectangulaires, et son impact visuel qui distingue de suite les colonnes des lignes ( ok les carrés ne sont pas carrés ! ). A l'inverse, je suis moins adepte des procédures de tir ou de mêlée, bien que les résultats produits soient cohérents. De manière générale, le jeu est très agréable, vivant malgré son système en tours alternés, et laisse à chacun la possibilité d'exprimer son talent tactique sans être noyé de points de règles ou de jets de dés.

Historicité 4/5 : on retrouve dans cette série tout ce que l'on peut attendre d'un jeu napoléonien à l'échelle du régiment. Gestion des formations et tactiques spéciales ( modélisation des charges de cavalerie ou des nuées de tirailleurs par exemple ), attrition des unité, déploiement de plusieurs niveaux de commandement selon les exigences de chacun ( le dernier stade est bien connu des figurinistes et joueurs de la série NBS, puisqu'il demande de rédiger et d'appliquer des ordres littéraires )... Le joueur cherchant un vue d'en haut, c'est-à-dire du point de vue d'un général en chef, trouvera qu'on lui demande un peu trop de micro-gestion, et ce d'autant plus pour une bataille aussi énorme que Leipzig.

Conclusion : aussi agréable ludiquement que convaincant historiquement, Vive l'Empereur ! fait clairement partie de mes favoris. Seul l'aspect visuel me chagrine véritablement, peut-être parce que j'attendais beaucoup à tous points de vue de l'opus refondateur de cette grande série française.

Posté par santino_ct à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Les Batailles de l'Empereur ( 2 )

Nouveau commentaire