07 septembre 2011

Les Batailles de l'Empereur ( 7 )

NAPOLEON AT LEIPZIG BY M. STUMPTNER

NapoLeipzig

Du haut de ses trois éditions, Napoleon at Leipzig est l'un de ces classiques qu'on ne se lasse pas de sortir de son étagère pour une petite partie, ou simplement pour rêver sur la carte et l'ordre de bataille de cette empoignade aux proportions titanesques. Certes, le système porte son âge par certains aspects, mais c'était avant que Markus Stumptner ne passe par là avec ses doigts d'argent. La revue qui suit portera pas conséquent sur la version officieuse proposée il y a peu par le designer australien, version téléchargeable librement sur son site ici.

Qualité esthétique 4/5 : on retrouve l'esthétique à l'ancienne si particulière des jeux Clash of Arms, et tout spécialement une carte faite main très agréable, que les productions récentes sont bien en peine d'approcher. Je ne suis pas vraiment fan des pions arborant les uniformes des unités, préférant de jolies silhouettes, mais le tout forme un ensemble harmonieux et donnant envie de jouer.

Complexité 3/5 : le jeu n'est pas vraiment complexe, avec des principes de base faciles à assimiler, mais se charge à mesure que l'on ajoute les règles avancées puis optionnelles. La rédaction de Markus est globalement claire, avec des questions qui restent parfois en suspens mais se règlent assez aisément à l'usage.

Jouabilité 4/5 : la plus grande qualité du système original était d'avoir une grande jouabilité, et l'un des mérites de cette version est de ne pas la remettre en cause. Le jeu reste fluide, avec un système d'activation par tirage de chits qui apporte son agréable note de fraîcheur et d'incertitude. Les nouveautés, par exemple le remplacement de la table des combats, s'insérent sans lourdeur ou jets de dés fastidieux. De plus, comme chacun peut paramétrer les règles qu'il veut utiliser dans sa partie ( rédaction des ordres ou non, usage du brouillard de guerre ou non, etc. ), il est possible de composer, un peu comme une salade, un jeu conforme à ses propres attentes et envie.

Historicité 4/5 : on peut dire qu'à ce niveau, le bond en avant est conséquent. L'attrition ou le commandement retrouvent une place importante. Par exemple, le second est géré à travers la pose de marqueurs d'ordres, voire l'envoi d'instructions écrites aux grandes formations. Des règles avancées permettent de gérer la fatigue, le moral des formations, les mouvements hors de vue de l'ennemi, et bien d'autres choses encore. A une échelle proche de Triumph of Glory ( 1 hex pour 400m, 1 pion pour une brigade ), le clou de l'historicité est enfoncé bien plus loin, même en ne jouant pas toutes les options proposées par l'auteur. Par rapport au Leipzig de Pratzen, l'encombrement et la durée de jeu sont moindres, mais la simulation et la narration n'y perdent rien, ce qui est un atout pour le joueur limité en espace et en temps de jeu.

Conclusion : une modernisation fort réussie sur le fond, qui reste hélas au stade amateur sur la forme. Cela étant dit, le système de Markus Stumptner est clairement l'un des meilleurs de la sélection, d'autant qu'il peut être étendu aux autres opus de la série originale des Last Battles ( qui continue d'ailleurs de paraître chez OSG ).

Posté par santino_ct à 09:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Les Batailles de l'Empereur ( 7 )

    Ben alors ...

    ... déjà presque 2 mois le dernier post !

    Faut ce remettre au boulot maintenant ...

    ;o)

    Posté par Saint-Thomas, 29 octobre 2011 à 20:25 | | Répondre
  • Disons que j'ai du mal à m'intéresser au blog avec le forum Lignes de bataille qui est quand même plus pratique...

    Posté par Santino, 18 novembre 2011 à 11:52 | | Répondre
  • Très bonne analyse !
    Encore une fois...

    Posté par Fred59, 28 décembre 2011 à 12:28 | | Répondre
Nouveau commentaire